EJC ou l’audace d’entreprendre – Une année de présidence par Clément Sorin

Le professionnalisme étudiant

Made by EDHEC vous propose aujourd’hui de découvrir la mystérieuse Junior-Entreprise du BBA EDHEC, voici EDHEC BBA Junior Consulting !

À travers l’interview accordée à Clément Sorin, son président, découvrez le parcours de l’association sur son année d’exercice 2016/2017. On ne vous en dit pas plus, monsieur en parlera mieux que nous, et c’est juste en dessous !

 

Q&A avec le président

Qui es-tu?

Je m’appelle Clément Sorin, j’ai 20 ans, je suis étudiant de deuxième année et président de l’association EJC.

Je me dirige vers une 3A en filière Audit de Gestion et vers un horizon Direction Financière en 4A. Après le BBA, j’aimerais faire un Master en Corporate Strategy à Sciences Po Paris. Je suis particulièrement intéressé par la politique -j’aime le fait de débattre et de réfléchir-, mais n’ayant pas suivi les bonnes études, ça me paraît compromis pour en faire mon métier. En parlant de ça, le métier idéal serait pour moi de devenir expert-comptable ; je suis un grand amateur d’analyse financière.

 

EJC, c’est quoi?

EJC est une association de loi 1901. C’est un cabinet de conseil étudiant qui propose des études à des professionnels quels qu’ils soient (des TPE, des PME, mais aussi des grands groupes). Nous agissons sur trois grands domaines de compétences : le marketing, la communication et la stratégie. Entre nous et l’entreprise, l’objectif est double. De notre côté, c’est une occasion de monter en compétences, c’est une plus-value pédagogique qui nous permet de mettre en pratique les cours que l’on apprend, mais également l’occasion de se rendre sur le terrain et de faire de l’administratif. Du leur, c’est une plus-value technique. Nous leur faisons parvenir des livrables, une analyse approfondie et des recommandations.

Mais avant toute chose, EJC c’est une grande famille, c’est une culture des anciens, un réseau qui persiste et qui durera toute une vie. Nous tenons à garder le contact avec toutes les générations et avons ainsi une certaine fierté à porter nos vestes.

Les vestes bleues de la promotion 2016 (non, non, on ne les nommera pas tous !)

 

Pourquoi avoir choisi d’intégrer cette association?

Au départ, je me suis dit que ce serait un réel plus au niveau du CV. On est une promo de 600 étudiants et je me suis demandé comment faire la différence par rapport aux autres. Le côté professionnel d’EJC m’a tout de suite plu grâce à ses premières approches de l’entreprise.

J’ai commencé en tant que commercial, je devais démarcher afin de faire connaître et vendre la junior entreprise. J’ai également rédigé des avants-projets, géré des études de A à Z. Bref, tout un programme…

 

Pourquoi avoir choisi de présider l’association?

Je m’entendais bien avec tout le monde, j’avais réussi à bien m’épanouir et j’avais l’envie de découvrir le management pur et dur. J’ai su développer des objectifs à court et long terme pour continuer à faire prospérer l’association. En deux mots, je suis un amoureux de notre belle junior et je voulais participer le plus possible à son expansion.

 

Considères-tu avoir entrepris? Si oui, de quelles manières?

J’ai mené plusieurs projets au sein de l’association, même si tous n’ont pas abouti. Par exemple, la mise en place d’une antenne à Nice mais, par manque de coopération des étudiants niçois, ça ne s’est pas fait.

Suite au travail que l’on a partagé avec les anciens, j’ai proposé plusieurs réformes pour continuer d’entretenir notre relation. Avec l’association, nous avons mis en place plusieurs organes différents (comme le comité d’honneur ou le comité des Alumni).

Enfin, et vous vous en souvenez sûrement, la réalisation du premier gala EJC, une vraie fierté.

 

Un conseil pour les futurs EJC?

Continuez à être passionnés par l’association, par le mouvement. Il faut être ambitieux, constamment penser à développer notre projet.

J’ai une grande envie de voir EJC rentrer dans la L30 [la liste des 30 meilleures Junior-Entreprises de France]. J’espère qu’on y arrivera sous trois ans.

Enfin, gardez cette flamme qui ne doit jamais s’éteindre.

D’aucuns disent que quand il ne porte pas sa veste bleue, Clément Sorin est toujours en costume ! Une légende urbaine, certainement.

Contact

Merci pour ta participation Clément, on espère que vous avez apprécié, chers lecteurs, et à bientôt pour de nouveaux témoignages !

Restez en contact avec le jeune homme à l’adresse : clement.sorin.bba@edhec.com

Laisser un commentaire