Hugo – Pumpkin, ou comment donner sans [trop] compter

« Tu dois me rembourser le restaurant de ce week-end ? » – Cette phrase n’existe plus en 2017 !

Pumpkin a pour vocation de vous simplifier la vie, pour demander et rendre de l’argent à vos amis de manière simple et sans contraintes.

Aujourd’hui implantée à Euratechnologies Lille et sur Paris, cette start-up bien connue des étudiants de l’EDHEC est en plein développement. Voici le résultat de notre petite interview avec Hugo, l’un des trois membres fondateurs.

 

Q&A avec Hugo

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ?

C’est un ensemble de facteurs. En premier lieu j’ai pris goût à la création grâce aux projets associatifs variés montés à l’école.

J’ai également eu la chance de partir en césure pour travailler dans les locaux de Dailymotion [une plateforme de partage de vidéos, comme Youtube] dans la Silicon Valley. Il y a sur place une vraie communauté d’entrepreneurs où le gout de créer est fortement présent ; c’est assez fou comme ambiance !

Après ça, j’ai enchaîné avec un master Entrepreneurship à l’EDHEC, où une nouvelle fois j’ai ressenti cette passion de créer.

Et, finalement, un jour, on s’est lancé avec Victor et Constantin.

Les membres fondateurs de Pumpkin, de gauche à droite – Victor, Hugo et Constantin

A quoi ça ressemblait les premiers mois par rapport à aujourd’hui ?

On a commencé à 3, et maintenant on est 17 !

Ce n’est plus le même métier de base. Au début du projet, notre activité consistait à rechercher des financements, construire et élaborer l’application, ainsi que de consolider notre business plan.

Actuellement, le travail a changé. On fait du product management, du marketing, de la communication, on travaille à résoudre les bugs et à garder les utilisateurs actifs…

Il y a aussi une grande dimension de gestion et de recrutement. Pour recruter 15 personnes on a dû faire passer 100 entretiens. Il faut ensuite former et déléguer les tâches, parce que nous avons à gérer 500 nouveaux utilisateurs supplémentaires chaque jour.

 

Qu’est ce qui vous donne la motivation de continuer ?

On n’est pas arrivé au bout !

Il y a tous les jours de nouvelles choses, des projets qui naissent dans le projet. On a l’impression de créer des start-up dans la start-up. Tous les 3 à 6 mois, c’est comme si tout le monde changeait de boulot.

On a pour ambition de conquérir le marché Français et, par la suite, international.

 

Qu’est-ce que l’école vous a apporté ?

L’EDHEC, c’est un terrain de jeu pour découvrir le monde associatif.

La vie associative est développée, les associations ont des projets ambitieux et des problématiques similaires à celles de l’entreprise. Il y a de la recherche de financements, de la création de projets, du recrutement… Il y en a même certaines qui cherchent à faire du chiffre d’affaires. C’est comme être à la tête d’une petite entreprise et l’école te permet de mettre en pratique.

Le master Entrepreneurship te permet de te consacrer au développement d’un projet. Quand on est sortis de l’école, on était presque prêts à lancer Pumpkin ; il nous a fallu seulement 3 mois de travail en plus pour lancer le projet.

Quels sont vos projets à plus ou moins long terme ?

On veut devenir un véritable compte bancaire en ligne avec une possibilité de créer des sous-comptes pour économiser de l’argent et créer des comptes communs au sein d’une famille. Donner la possibilité aux gens de pouvoir économiser, aux amis, colocs et aux couples d’utiliser de l’argent à plusieurs.

Finalement, c’est une surcouche à un compte bancaire, pour envoyer et recevoir de l’argent.

Un conseil pour les jeunes entrepreneurs ?

Les gens n’osent pas se lancer. « J’ai envie mais je ne sais pas quoi faire, j’ai peur d’en parler, je ne sais pas comment commencer ». Il faut juste mettre les choses en pratique. Il faut faire, voir le résultat et corriger ensuite, commencer par faire quelque chose de concret !

Le site web

Merci à Hugo de Pumpkin pour son temps.

Retrouvez toutes les informations sur le projet via le lien ci-dessous :

http://pumpkin-app.co

Pumpkin app

One thought on “Hugo – Pumpkin, ou comment donner sans [trop] compter

Laisser un commentaire