« Made by Edhec » travail d’équipe ou exercice de management ? (Partie 1/2)

« Made by Edhec » est un exercice qui vise plusieurs objectifs ;

– directement orienté sur l’expérience d’entreprenariat des anciens élèves, il met l’accent sur l’action individuelle. Ce dont on parle ici est l’inspiration, la capacité d’analyse, la créativité ou encore la prise de risque d’un entrepreneur. Toutes ces expériences ont valeur d’exemple pour nous ; elles nous permettent d’obtenir le recul nécessaire par rapport à la société dans laquelle nous sommes totalement immergés pour analyser à notre tour des situations, des inspirations, des opportunités, des erreurs à ne pas commettre, des démarches indispensables… En somme « Made by Edhec » est une méthodologie qui vise notre émulation.

– organisé au sein d’une équipe de 5 personnes, il rejoint un des fondements de l’enseignement de l’Edhec : celui de faire de nous des managers. Ce qui est en jeu ici est de montrer notre capacité de travailler en équipe c’est-à-dire de développer « une aptitude essentielle à l’acquisition d’une intelligence interpersonnelle véritable ainsi qu’au développement des compétences sociales »1.

L’expérience « Made by Edhec » est l’apprentissage de la difficulté à travailler en équipe, celle de la répartition des rôles et des responsabilités et de la volonté d’acceptation de celle-ci par ses membres, celle du partage de la motivation, celle de la responsabilisation de chacun autour d’un objectif, enfin celle de l’harmonie d’un groupe. C’est dans cette difficulté que cette expérience nous est apparue enrichissante et qu’elle revêt pour chacun de nous un parfum de mise à l’épreuve anticipant nos futures problématiques de management. Le but de cet article est de chercher à comprendre comment favoriser le travail en équipe. L’article « Optimiser le travail en équipe » écrit par la psychothérapeute canadienne Stéphanie Milot nous servira de fil rouge.

Stéphanie Milot explique que selon John Withmore2, la formation d’une équipe passe par trois phases différentes :

Il nomme la première phase : le stade initial de l’équipe, soit l’inclusion. À ce stade, les besoins individuels de chacun des membres sont leurs priorités. Ceux-ci cherchent à s’intégrer et à se sentir acceptés au sein de l’équipe. Si l’un des membres vit un succès ou un échec, cela sera peu partagé entre les membres.

La deuxième phase est le stade de transition, c’est-à-dire l’affirmation. Chacun des membres tente de définir sa place et son rôle au sein de l’équipe, cette phase permet de découvrir les forces de chacun et de les mettre à profit pour les bénéfices de l’équipe.

Enfin, la troisième phase est le stade de la coopération. Ce stade fait référence à une équipe de personnes accomplies qui possède un niveau de performance élevée ou les forces de chacun sont mises à contribution et permettent de palier les points faibles des autres. Les membres s’entourent de solidarité et s’apportent l’aide nécessaire en cas de besoin. Ils se réjouissent ensemble du succès de l’un de leur membre.

Ce que John Withmore décrit, c’est que l’esprit d’équipe ne se décrète pas et ne se crée pas de façon instantanée ou automatique. Il faut d’abord laisser le temps à l’équipe de passer au travers des trois différentes phases autrement dit l’esprit d’équipe a besoin d’un temps d’adaptation pour se révèler. Withmore relève également qu’atteindre une efficacité exceptionnelle au sein de l’équipe est plus aisé en développant les qualités suivantes :

  • Entraide – aptitude à coopérer.
  • Confiance – adaptabilité.
  • Patience – cordialité.
  • Engagement – courage.
  • Humour – enthousiasme.
  • Compatibilité d’humeur – altruisme (rendre service).

Laisser un commentaire