The Bet Wardens – Un projet qui part d’un pari

Source : https://www.facebook.com/thebetwardens/?fref=ts

L’ère est à l’eSport

Joffrey Kerloch, Maureen Duplex et Alexis Chagnon ; tous les trois étudiants EDHEC, poursuivent actuellement un Master of Science en Entrepreneuriat & Innovation.

Leur projet : The Bet Wardens, une plateforme de jeu de paris à monnaie virtuelle, entièrement dédiée à l’eSport (compétitions professionnelles de jeux vidéo comme League of Legends, Dota 2, Hearthstone, Overwatch…).

Son principal problème : une législation française complexe en terme de jeux-crédits. C’est donc un business en développement, avec une beta ouverte prévu courant Avril, que nous aurons plaisir à suivre ces prochains mois.

 

Brainstormer dans la bonne humeur

 

Q&A avec la team The Bet Wardens

 

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

 

Alexis: Nous faisons tous partis du MSc Entrepreneurship de l’EDHEC. Je connaissais Joffrey depuis mes études au BBA (déjà spécialisé en Entrepreneuriat). J’ai connu Maureen à l’occasion d’une cigarette, ce qui ne serait plus possible aujourd’hui vu qu’elle a arrêté, on peut donc dire que le timing y était pour quelque chose!

Maureen: Je suis entrée au MSc avec en tête une idée de plateforme de challenges en ligne pour les joueurs de jeux vidéos. En découvrant que Jeff et Alexis étaient aussi portés sur le gaming, je leur ai proposé de me rejoindre pour développer ce projet, et ils ont tout de suite été partants. Depuis, notre concept a évolué mais l’équipe est restée la même !

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ?

 

Joffrey: Nous avions cette envie, en parallèle de nos études, de faire quelque chose de plus motivant, plus passionnant, en complément de nos cours. Avoir un projet qui croît au sein de l’EDHEC, ça remplit tous ces critères.

Maureen: Bosser sur un vrai projet, ça rend tout de suite le travail plus intéressant, ca rajoute du challenge. Comme on part de zéro il y a tout à faire, on est à la fois complètement libres et plus impliqués. Et puis ça nous permet de toucher à tout : communication, finance, vente, design… Créer une startup fait appel à énormément de compétences différentes !

 

A quoi ça ressemblait les premiers mois par rapport à aujourd’hui ?

 

Maureen: On a passé du temps à réfléchir au concept et solutionner le problème légal lié à l’activité de pari a été compliqué. C’est pour ça qu’on a choisi une monnaie virtuelle. Mais surtout on a rencontré Xavier, notre développeur web, grâce à un contact de la classe. Le travail est devenu rapidement plus concret et la beta sera lancée prochainement. Cette semaine, par exemple, on s’est concentrés sur la communication de lancement.

Alexis: Aujourd’hui nous avons des certitudes quant à notre projet et nous avons gagné en assurance, c’est certain. Les premiers mois étaient ceux de la recherche, de la confrontation d’idées, de virages à 180° mais le projet intéressait, et malgré cette période d’incertitude nous avons toujours été aussi enthousiastes !

 

Qu’est-ce qui vous donne la motivation de continuer ?

 

Joffrey: Voir le projet grandir et évoluer dans le bon sens, malgré les barrières et les doutes, voir nos efforts payer. Un projet qui vous appartient, c’est un peu comme voir grandir son enfant.

Maureen: Pareil, je dirais l’évolution. On est super impliqués et on voit des résultats. Lancer la béta alors qu’on est partis de zéro en septembre, ca motive !

 

Dites m’en plus au sujet du projet, c’est un jeu vidéo ou une plateforme de pari ?

 

Maureen: C’est un jeu vidéo… de paris !

Alexis: Je dirais un peu des deux : c’est un jeu où le pari est l’objet. Nous restons un jeu par l’absence d’argent réel dans le fait de parier. Le jeu a pour objectif de faire connaître l’eSport en général. N’oublions pas la dimension compétitive et le jeu en équipe qui sont des éléments clés.

 

Qu’est-ce que l’école vous a apporté ?

 

Joffrey: D’abord un réseau, c’est la première chose à laquelle je pense. Un état d’esprit aussi, être avec des entrepreneurs, s’entraider, discuter des projets des uns des autres.

Enfin, une façon de faire : aller toujours plus loin, se dépasser et avoir une vision globale sur nos projets.

Maureen: Le MSc Entrepreneurship c’est un bon contexte pour se lancer. On profite de l’esprit de groupe car il y a des dizaines de projets dans la classe. D’autre part les cours sont organisés autour du projet, on a des coachings pour travailler des domaines spécifiques comme la finance ou le marketing. Il y a aussi beaucoup d’événements au campus pour rencontrer d’autres entrepreneurs et s’entraider.

 

Un conseil pour les jeunes entrepreneurs ?

 

Joffrey: Ne pas hésiter à discuter avec les gens, être ouvert aux autres, ne pas se refermer sur soi. Mes mots-clefs : échanger, s’entraider, faire preuve de curiosité.

Alexis: Sachez vous entourer, trouvez des “bons” partenaires pour vos projets : ceux qui le feront avancer et en qui vous aurez confiance. Egalement, si vous êtes porteur de projet, ne tombez pas amoureux de vos projets car c’est une entrave. Mon mot-clé : teamwork.

 

 Contact

 

Merci à l’équipe de The Bet Wardens pour cette interview !

Vous pouvez vous inscrire pour tester la plateforme en bêta ici : http://go.thebetwardens.com/


Adresse mail : contact@thebetwardens.fr

One thought on “The Bet Wardens – Un projet qui part d’un pari

Laisser un commentaire